sample header image

Actualités sur les nuisances aériennes

 

Manifestation samedi à Notre-Dame-des-Landes,à 30km au nord de Nantes, pour protester contre le futur aéroport du Grand-Ouest. Ce projet de nouvel aéroport pour 2017 sur 2.000 hectares, porté par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, a vocation à absorber le trafic aérien futur. Bizarrement, l'aéroport actuel de Nantes est pour l'instant sous-employé et la plupart des aéroports provinciaux de cette taille, comme par exemple celui de Lyon, peinent à attirer un trafic international. Et le projet suscite l'opposition de beaucoup de riverains, d'agriculteurs et d'écologistes venus de toute la France. Plus d'infos : Acipa.

Les riverains des aéroports situés en zone PGS (plan de gène sonore) peuvent bénéficier d’une prise en charge totale (dans la limite du plafond réglementaire) pour le diagnostic et les travaux d’insonorisation de leur logement, à condition d’avoir recours à une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO). Mesure valable pour les dossuers déposés entre décembre 2012 et décembre 2013. Plus d'infos : Rubrique Riverains des Aéroports.

Le projet de modification des couloirs pour Roissy retoqué ? Celui-ci devait entrer en action à l'automne 2011 mais la procédure a pris l'eau ! En effet, la commission consultative de l'environnement (CCE) de Roissy n'a pu statuer sur le sujet le 6 juillet faute de quorum et, d'après le Cirena, aurait du être renouvelée depuis le 27/06/2011. Or sans décision de sa part, le projet devra être repoussé.

Juin 2011. La commission d’enquête publique a rendu son rapport et ses conclusions sur le projet de modification permanente de la circulation aérienne des procédures d’approche aux instruments de l’aérodrome de Paris-Charles de Gaulle (face à l’est et à l’ouest) : Le rapport de la Commission d'Enquête (PDF). Les couloirs devraient être modifiés fin 2011.

La ville de Conflans-Sainte-Honorine et le CIRENA organisent une grande mobilisation sur la RN 184 le samedi 14 mai 2011 à 14h30, manifestation contre les nuisances aériennes et le projet de relever de 300 mètres le survol des avions, prévu par la DGAC, qui engendrera une modification de trajectoire qui impactera directement des zones très urbanisées, dont Conflans et d’autres villes de la Confluence, de l’agglomération de Cergy-Pontoise et au-delà.


Janvier-Mars 2011 : Le relèvement des hauteurs d'approche de Roissy pourrait paradoxalement se traduire par plus de nuisances sonores selon le Cirena. L'objectif est pourtant de les diminuer autour de l'aéroport parisien de 3 à 4 décibels. Mais si le projet présenté par la DGAC en janvier 2011 est mis en place, plus de 230.000 habitants de l’agglomération des villes de Cergy-Pontoise et du Confluent se retrouveront par procédure Horta (vent d’est, 40% des vols) sous une forte concentration d’avions les survolant à moins de 2000 mètres. Plusieurs communes de l'Ouest parisien seront aussi pénalisées par la modification d'un autre couloir, Omako (avions provenant du sud-est), dont Orgeval, les Alluets, Médan, Morainvilliers et Villennes.

Le Cirena qui lutte contre les nuisances aériennes en particulier dans le nord-ouest francilien a publié plusieurs communiqués : Mobilisation générale contre l'augmentation des nuisances aériennes ! - La DGAC persiste et signe ! (18 janvier, pdf).

Retrouvez le dossier complet soumis à enquête publique (pdf) et le plan de situation (pdf).


Erreur d'aiguillage ? Le Figaro révèle dans son édition du 22 septembre 2009 les dangereuses pratiques des aiguilleurs du ciel : sous-effectif chronique dans les tours de contrôle, manque de professionnalisme et de formation, mi-temps illégal… Les syndicats contestent.


Un projet de transférer une partie du trafic de Toulouse-Blagnac sur l'aérodrome vacant est à l'étude après le départ de l'armée de la Base 101, dite Toulouse-Francazal,
L'aérodrome de Francazal est situé à 10 km du centre ville de Toulouse, dans une zone fortement urbanisée.
Les riverains de l'aérodrome, qui redoutent des nuisances incomparables à celles qu'occasionnaient les vols militaires (avions Transall principalement), ont décider de créer un collectif pour s'opposer à ce projet.
Les habitants de plusieurs communes étant concernés : Cugnaux, Portet sur Garonne, Plaisance-du-Touch, Villeneuve-Tolosanne, Tournefeuille, Frouzins, le quartier Saint-Simon de Toulouse (dont la population totale est de 90 000 habitants), on peut évaluer à 30 000 le nombre d'habitants qui subiraient une gêne sonore, à ajouter aux 100 000 habitants qui se plaignent des nuisances de Toulouse-Blagnac.
Plus d'infos : Collectif Franzacal.


Le nombre de vols autorisés de l'aéroport de Mantes-les-Mureaux (Yvelines) pourrait passer de 8000 vols actuellement à 30.000 puis 50.000 mouvements par an comme celui du Bourget. Cela représente plus de 150 vols par jour. L'aéroport serait aussi ouvert dès avril 2009 aux hélicoptères ainsi qu’aux Ulm. De graves nuisances en perspectives pour Les Mureaux bien sûr mais aussi pour Verneuil, Triel et même Orgeval. Source: www.orgevalscope.com .


M. Nicolas Sarkozy a chargé M. Jacques Dermagne, président du Conseil économique et social, d’une mission d’élaboration d’une Charte du développement durable de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Celui-ci a rendu son rappport fin 2008 : Rapport Dermagne (Pdf).

Plus d'infos : Mission Roissy.


L’impact des aéroports de Roissy CDG et d’Orly sur la santé des riverains va être étudié en 2009. Enfin !

Le conseil régional d’Ile de France va financer en 2009 la deuxième phase de l’étude pluriannuelle sur l’impact sanitaire de la pollution chimique liée au trafic aérien. Une première phase de deux ans a déjà permis de mener les étapes préalables en établissant un cahier des charges et plusieurs scénarios pour cette étude.

D’un coût estimé à 300000 €, cette étude réalisée auprès d’un panel de 2000 personnes reposera sur le recrutement de six groupes de population dans des zones disctinctes et différemment concernées par l’importance de la contribution des plates formes aéroportuaires à la pollution ambiante.


Les maires de Gonesse, Saint-Prix, Soisy-sous-Montmorency, et d’Argenteuil, le président de l'association Advocnar ont été reçus à deux reprise en novembre 2008 par M. Sarkozy dans le cadre de la préparation de la Charte du développement durable de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Les élus de 94 communes d'Ile-de-France se sont rassemblées le 20 septembre 2008 place du Trocadéro à Paris pour un conseil municipal géant contre les vols de nuit à Roissy et au Bourget.


Suite au Grenelle de l'Environnement, le gouvernement Sarkozy a décidé de prendre des mesures radicales qui vont améliorer la vie de centaines de milliers de Franciliens. De droite ou de gauche, on applaudit !

Voici les mesures annoncées le 4 décembre 2007 :

Relèvement de 300 mètres de l'altitude de tous les avions à l'arrivée de la région parisienne. Ce projet, dont la première étape verra le jour dès début 2008 pour Le Bourget en 2008 puis Orly en 2009 et enfin Roissy CDG en 2011. Cela permettra de réduire de moitié le bruit subi par les populations survolées.
Trajectoires à l'arrivée : relèvement de 300 mètres de l’altitude d’arrivée des avions de nuit face à l’est au Bourget de 600 à 900 mètres d’altitude. Début 2009, altitude d’arrivée à Orly de 900 mètres à 1 200 mètres et pour certaines à 1.500 mètres. En 2010 et 2011, les procédures d 'arrivée à Roissy passeront de 900 et 1200 mètres à 1200 et 1500 mètres.

Autre mesure, la généralisation progressive des procédures d'atterrissage moins bruyantes : les descentes en profil continu. Le pilote reçoit l'autoriation d'atterrir dès une altitude 3.000 mètres et choisit lui-même sa descente à régime moteur constant et sans remise de gaz. Elles seront mises en place, dès le 1er semestre 2008 pour les arrivées face à l'Est à Orly.

Adoption dès l'été 2008, d'une charte de développement durable pour Roissy-Charles de Gaulle. Cette charte permettra de mieux protéger les riverains de cet aéroport. Des moyens financiers supplémentaires pour l'aide à l'insonorisation.

Pour l'aéroport d'Orly, un doublement du produit de la taxe sur les nuisances sonores aéroportuaires (TNSA) va permettre de traiter, d'ici 2 ans, les 1 500 logements en attente d'insonorisation. Les ressources disponibles atteindront 23 M€ en 2008.
Des mesures attendues depuis des années !


Création d'un forum par l'association UFNCA : Forum.

Assemblée générale du CIRENA (Collectif Interassociatif de Refus des Nuisances Aériennes) le jeudi 28 septembre 2006 à 20h30 à Conflans Saint Honorine ( Salle des fètes, place Romagné, derrière la gare principale SNCF de Conflans. Corinne Lepage, ancienne ministre, présidente de Cap 21 et candidate à l'élection présidentielle, conseil juridique du Copra dans la bataille contre le prolongement de l'A104 et aussi du Cirena, présentera le rapport juridique.

Le Conseil régional s'engage dans la lutte cotnre les nuisances aériennes. Il a retenu les principes suivants : - Limitation du nombre de mouvements sur la plate-forme de Roissy à 500 000 mouvements maximum - Relèvement général des altitudes de survol à 3000 mètres au-dessus des zones urbanisées du nord-ouest francilien comme le recommande l'Acnusa - Couvre-feu de huit heures d'affilée sur la plate-forme de Roissy Charles de Gaulle entre 23 heures et 7 heures afin de respecter les recommandations de l'OMS. (Mars 2006).

La direction de la navigation aérienne devrait étudier la possiblité d'élever la procédure d'approche ILS (Intrument Landind system) de 3000 (900 mètres) à 4000 pieds (1.200 mètres) d'ici la fin de l'année 2005. L'ex ministre des transports, M. de Robien, avait annoncé une réduction du nombre de vols de nuit (0-5h) et la mise en place de nouvelles procédures d'approche moins nuisantes pour les avions en phase d'atterrissage (procédure en descente continue au lieu de trajectoires par paliers). Certains avions survolent en effet l'ouest de l'Ile De France à moins de 2000m d'altitude à 60 KM de l'aéroport. Cette procédure provoque beaucoup de nuisance, les moteurs tournant à plein régime. La procédure en descente continue permettrait des survols à plus haute altitude avec des moteur à plus bas régime. Les hauteurs de survol devaient être relevées ou cela était possible (source : Cirena). Mais depuis ces belles annonces et le changement de ministre : silence radio !

Réunion d'information publique le vendredi 1er octobre 2004 à 20h30 à Conflans Saint Honorine ( - Salle Romagné -derrière la gare principale SNCF de Conflans) organisée par le CIRENA (Collectif Interassociatif de Refus des Nuisances Aériennes). Interventions du Docteur Enjalbert, spécialiste des effets sur la santé des nuisances aériennes et de Sébatien Trollé, auteur de l'ouvrage "Les Poisons du Ciel".

Février 2004 : Gel de la réorganisation de la circulation aérienne en Ile-de-France. La mise en oeuvre du projet de réorganisation des routes aériennes à altitudes élevées en région parisienne, qui était envisagée pour le 15 avril, a été gelée dans l'attente d'études environnementales complémentaires, a annoncé jeudi le ministère des Transports. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a lancé il y a plusieurs années des études en vue d'améliorer la sécurité et la fluidité du trafic aérien vers le sud, au départ des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et Orly, a rappelé le ministère dans un communiqué. Ces études portent sur des modifications de routes aériennes au-dessus de 3.000 mètres, qui n'auront pas d'incidence sur les procédures de départ des deux aéroports. La mise en oeuvre de ce projet avait été envisagée pour le 15 avril. "Afin d'évaluer plus complètement les éventuelles conséquences que pourraient avoir ces modifications de trajectoires pour les populations survolées", le ministre des Transports Gilles de Robien et le secrétaire d'Etat Dominique Bussereau "ont décidé de geler la mise en oeuvre de ce projet en attente d'études environnementales complémentaires", a indiqué le ministère.

Manifestation le 25 janvier 2004 à 13h Place du champs-de-Mars à Paris. Contre les nuisances aériennes, pour un 3e aéroport.

Juillet 2003 : Dominique Bussereau, secrétaire d'état aux Transports, annonce que d'ici à fin 2003, la hauteur de survol des avions sera remontée à 6.000 pieds soit 1.800 mètres. Le trafic de nuit devrait aussi baisser de 15%.

10 juillet 2003 : Gilles de Robien, ministre des Transports, signe un arrêté qui interdit la route Mosud par vent d'est entre 22h20 et 6 heures le matin.

Juillet 2003 : La construction du 3e aéroport dans la Somme déjà remise en cause par Gilles de Robien, ministre des Transports, est jugée inutile par le rapport sur l'avenir du transport aérien du député François-Michel Gonnot.

Juin 2003 : Nous avons écrit au Président de la République, M. Chirac, au Premier Ministre, M. Raffarin et au Ministre de l'Equipement et des Transports afin de les sensibiliser à la gène occasionnée par le non-respect des altitudes et aux failles des recours actuels.
Les services de M. Chirac nous ont informé que notre courriel était transmis au ministère concerné.
Voici la réponse des services du Premier Ministre :" Monsieur, Le Premier Ministre a pris connaissance de la correspondance que vous lui avez adressée. Il a pris note de vos observations. J'ai transmis votre correspondance à Monsieur Dominique BUSSEREAU, Secrétaire d'État aux transports et à la mer, afin qu'il puisse faire procéder à un examen approfondi des préoccupations dont vous faites état et vous apporter des éléments d'information sur les points que vous évoquez. Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée. Pour le Premier Ministre La Chef du Service des Interventions Nicole MARTIN ".
Le Ministère de l'Equipement nous a écrit "Nous avons bien reçu votre courriel et transmis au service concerné pour qu'une réponse vous soit adressée."

Mai 2003 : Estimation des populations survolées par l'Acnusa, l'autorité de contrôle des nuisances aériennes. D'après cette étude, les nouveaux couloirs gêneraient globalement (?) moins de riverains. Mais les nuisances s'aggravent pour les survols à basse altitude les plus gênants (moins de mille mètres) : quelles que soient les configurations au vent à basse altitude, 261 000 personnes supplémentaires sont survolées à moins de 1 000 mètres au dessus de Roissy et 44 900 de plus au-dessus d’Orly. Face à l’est : + 4% des Franciliens survolés entre 1000 et 2000 mètres (41 500 personnes). Par rapport au projet initial de la DGAC (Eurocontrol), l’impact actuel global semble plutôt positif face à l’ouest, avec une baisse de population de 11%. Face à l’est, à l’inverse, l’impact actuel est plutôt négatif avec une augmentation de 9% des survols.

2002 : Bilan des nuisances aériennes par Le Parisien.