sample header image

Les cartes des Couloirs aériens

Depuis quelques mois, certains jours, le survol de l'ouest et du sud de la Région parisienne à basse altitude par des dizaines d'avions fait subir de terribles nuisances sonores à des milliers de riverains alors même qu'ils habitent loin d'un aéroport. La situation empire semaine après semaine.

A lire aussi dans la rubrique Actualités, les cartes du projet de modification des couloirs pour fin 2011.

Les deux flux d'avions les plus génants en Ile-de-France :

- Le premier -le plus important- à destination ou en provenance de Roissy. C'est celui qui découle de la modification des couloirs aériens depuis le 21 Mars 2002. A plus de 30km de l'aéroport, les avions en phase descendante évoluent à peine vers 1.200 mètres mais souvent beaucoup moins.
Le second : un flux d'avions ayant décollé ou allant atterrir à Orly.

Exclu Couloiraerien.net, les cartes des zones nouvellement survolées depuis 2011 !

Trajectoire Balod en configuration face à l'ouest (est de Paris).

Trajectoire Lorta en configuration face à l'est (nord-ouest de Paris).

Trajectoire Lorta en configuration face à l'ouest (est de Paris).

Trajectoire Merue en configuration face à l'ouest (est de Paris).

Trajectoire Omako en configuration face à l'est (ouest de Paris).

Trajectoire Omako en configuration face à l'ouest (est de Paris).

Les couloirs aériens précédents : La Carte par vent d'Ouest / La Carte par vent d'Est.

Plus d'infos : téléchargez un logiciel de la Direction générale de l'Aviation civile qui permet de visualiser tous les détails des trajectoires en cartes ou animations.

Suivre les trajectoires des avions :

Sur Paris : www.radarvirtuel.com. Cliquer sur les avions pour avoir la trajectoire et éventuellement porter plainte en cas de survol trop bas.
Idem sur la France entière : www.flightradar24.com

Notre appréciation
Même en tenant compte de la tolérance légale, les survols actuels sont pour certains anormaux. Ainsi, au-dessus d'Orgeval dans les Yvelines, situé pourtant à plus de 40km de Roissy, un avion par minute à destination de cet aéroport passe parfois à seulement 600 mètres de hauteur complètement en dehors des trajectoires officielles. En cas d'incident technique, on voit mal le pilote pouvoir redresser une situation délicate à une altitude aussi basse.

Pourquoi une telle dérive ?
Les contrôleurs aériens ont une grande latitude dans l'application des couloirs prévus en fonction du trafic et des conditions météo. Et jusqu'à 30% des avions ne respectent pas les altitudes prévues. L'application des couloirs laisse tellement à désirer, que le contrôle paraît inefficace et les directives non respectées.

Voici les infos officielles commentées de manière très intéressante par Le Parisien en 2002 : Bilan des nuisances aériennes.